De gauche  droite : Jack Owen, Chris Barnes, Alex Webster, Paul Mazurkiewicz et Bob Rusay



Biographie

Formé en 1988, né à Buffalo mais ayant grandi à Tampa, CANNIBAL CORPSE manipule et transcende les frontières mêmes du death metal avec, d'entrée de jeu, son premier album Eaten Back To Life, scandaleusement controversable. Provoquant l'effarement des leader du metal curieux et des parents et politiciens exaspérés, le disque - produit par Scott Burns aux Studios Morrisound, désormais célèbres - était plus extrême et oppositionnel que tout ce que le genre metal avait jamais connu. A cause de la pochette brillamment macabre du groupe, des paroles abominables et des titres de chansons comme Hammer Smashed Face, Meat Hook Sodomy et Addicted To Vaginal Skin, les albums qui suivirent : Butchered At Birth (1991) et Tomb Of The Mutilated (1992) se heurtèrent à un mépris encore plus grand auprès de ligues de censure organisées comme le PMRC. En seulement 3 ans, la vente des produits de CANNIBAL CORPSE fut (temporairement) interdite en Australie, Corée et Nouvelle Zélande (en fait, la vente de Butchered At Birth et le passage de ces trois disques sont toujours interdits en Allemagne). Mais pour les dissuader, rien à faire.

Par une dextérité technique prouvée, des grognements diaboliques et un penchant pour les tueurs en série, les zombies et l'hémoglobine sous toutes leurs formes, tailles et textures, CANNIBAL CORPSE a gagné le cur de bien d'un extrémiste metal et est devenu, depuis, un nom inquiétant archi connu. Depuis leurs débuts, ils ont vendu des millions d'albums à travers le monde et n'ont pas du tout l'air de ralentir ou de se soumettre au style metal toujours changeant. Des tournées massives dans tous les Etats-Unis et l'Europe, de même qu'en Australie et en Amérique du Sud n'ont fait que souligner la puissance entière du groupe, et tout cela sans la moindre présence commerciale sur les ondes et des apparitions vidéo minimales (même si on a vu le groupe dans le film d'Hollywood qui a cartonné Ace Ventura Pet Detective).

L'élan se poursuivit avec la sortie en 1996 de Vile, le premier album de CANNIBAL à avoir, en vedette, George "Corpsegrinder" Fisher, à la voix caverneuse, ex membre de MONSTROSITY, après le départ de Chris Barnes. Tout scepticisme quant à la voix accompagnant le puissant CORPSE ne tarda pas à disparaître. En deux mots, Vile fit un massacre du début à la fin et devint le tout premier disque death à entrer dans le prestigieux classement Billboard. Dans les années qui suivirent, les tournées incessantes, une maîtrise musicale accrue et des morceaux progressivement plus puissants, virent la popularité du groupe monter dans le milieu underground et au-delà.

Après The Wretched Spawn, le succès monstre de 2004 et quelques changements de personnes (Jack Owen, le guitariste de longue date quitta le groupe en 2004 pour s'engager à fond dans son projet rock ADRIFT. Jeremy Turner le maître de ORIGIN le remplaça cette année là pour les dernières tournées avant que le guitariste Rob Barrett de MALEOVENT CREATION/HATE PLOW/SOLSTICE que l'on avait entendu dans les albums de CANNIBAL CORPSE The Bleeding et Vile ne rejoigne le groupe à part entière), CANNIBAL CORSPE est revenue en première ligne du death metal avec Kill cette perle éminente éloquente.

Avec un titre simple mais un agencement soigné, Kill a été enregistré par le producteur Erik Rutan (HATE ETERNAL/ ex MORBID ANGEL) aux studios Mana à St Petersburg en Floride. Dixième album dans l'histoire de leur carrière, chaque morceau trempe dans sa propre claustrophobie décapante et son contenu fou. Dès les premiers accords du fougeux The Time To Kill Is Now, les guitaristes Barrett et Pat O' Brien, le chanteur George "Corspegrinder" Fisher, le bassiste Alex Webster, et le batteur Paul Mazurkiewicz, cogent avec un besoin renouvelé. Réglée de façon rapide, impétueuse et scrupuleuse, la musique nous rappelle de façon sensible que CANNIBAL reste une force sur laquelle il faut compter. Make Them Suffer s'endurcit auprès d'une vibe vieille école à la POSSESSED (un groupe auquel CANNIBAL a rendu hommage à maintes occasions), tandis que Necrosadisctic Warning, qui renferme plein de moments solo de O'Brien, dont la dextérité à la guitare est souvent sous estimée, arrive criblé de visions de zombies qui se font sexuellement plaisir avec les morceaux de corps et ceux qu'ils ont tués. D'autres morceaux comme Five Nails Through The Neck, Death Walking Terror, Brain Removal Device et le morceau instrumental Infinite Misery nous montrent les cinq dans toute leur puissance tant sur le plan des paroles que de la musique.

Plus mûr, plus avisé, et aussi malveillant que jamais, Kill voit son heure arrivée !



Discographie

Eaten Back To Life (1990) / Butchered At Birth (1991) / Tomb Of The Mutilated (1992) / Hammer Smashed Face EP (1993) / The Bleeding (1994) / Vile (1996) / Gallery Of Suicide (1998) / Bloodthirst (1999) / Live Cannibalism (2000) / Gore Obsessed (2002) / Worm Infested (2003) / The Wretched Spawn (2004) / Kill (2006)



Cliquer ici pour voir les Line-up